Du latin « infra », qui signifie « plus bas », le terme « infrarouge » a été inventé en 1800 par l'astronome Sir William Herschel. Il désigne la zone chaude au-delà de laquelle la chaleur ne peut être perçue à l'œil nu. Ce fut la première fois qu'une expérience démontra que la chaleur pouvait émettre un rayonnement sans être visible. Il fallut cependant attendre la deuxième moitié du XIXème siècle pour que soient inventés les capteurs permettant de visualiser les fréquences du rayonnement infrarouge.

De nos jours, la thermographie infrarouge permet d'obtenir l'image thermique d'un bâtiment, d'un objet ou encore d'un être vivant. Signifiant littéralement "écriture de la chaleur" du grec « thermos », « chaud » et de « graphein » signifiant "peindre, dessiner, écrire", la thermographie infrarouge est utilisée dans de nombreux domaines, mais plus particulièrement dans le domaine médical ou le diagnostic immobilier. Sur les images issues de cette technologie, appelées « thermographes », les basses températures apparaissent dans les tons violets tandis que les plus hautes apparaissent dans les tons jaunes.
 
Pouvant déceler le rayonnement thermique de tous les corps qui nous entourent (à la condition que ceux-ci soient au-dessus du zéro absolu), la thermographie appliquée dans le bâtiment permet de visualiser avec une grande précision la performance énergétique. A l'aide d'une caméra, chaque anomalie thermique d'une construction, depuis l'intérieur ou l'extérieur, peut être décelée : défauts d'isolation, ponts thermiques, fuites de chaleur, défauts dans les planchers chauffants, etc. En moyenne, 44 % des déperditions thermiques d’un bâtiment passent par la toiture, 19 % par les vitres et 37 % par les murs.
 
La thermographie infrarouge permet une meilleure compréhension de la qualité globale de l'isolation d'une construction et, en conséquence, de réaliser d'importantes économies d'énergie. En effet, l'installation d'un système de chauffage, aussi performant soit-il, ne permettra pas de compenser le surcoût énergétique dû à une mauvaise isolation, sans parler des questions de confort pour les occupants.

Dans le secteur industriel, la thermographie infrarouge peut être utilisée pour inspecter les systèmes électriques ou les organes de production comme les moteurs, les engrenages ou encore les pompes afin de déceler les éventuelles surchauffes mécaniques et électriques. Concrètement, ces inspections permettent de s’assurer de la bonne utilisation de ses machines et de l’état de fonctionnement général de ses équipements pour permettre une utilisation optimale de ces derniers, ou, dans les cas les plus critiques, éviter les incendies.

Avec la nouvelle loi ELAN, entrée en vigueur le 24 novembre 2018, les objectifs d’économies d’énergie dans le parc tertiaire sont de moins 50 % en 2040, soit dans vingt-deux ans. Si ces objectifs semblent ambitieux, les résultats des interventions en matière d’isolation des constructions prouvent qu’au contraire, ces chiffres sont parfaitement abordables. Une analyse thermographique infrarouge est la première étape vers la maîtrise de sa consommation d’énergie et vers l’accomplissement des objectifs de la loi ELAN.
 
Dans le cadre d'une vente immobilière ou de projets de travaux, DEKRA Industrial peut vous fournir ce bilan thermographique infrarouge. Ces bilans sont une source d'expertise et de sérieux qui permettra d'évaluer au mieux la consommation énergétique d'un bâtiment et de trouver les solutions adéquates pour économiser de l’énergie.

Qui plus est, DEKRA Industrial propose des interventions avec des drones équipés d’une caméra à thermographie infrarouge et d’une caméra embarquée type « GoPro ». Grâce à ces outils d’une grande précision, une intervention se déroule désormais en quelques heures et en totale sécurité au lieu des habituelles journées d’immobilisation qu’impliquaient les techniques traditionnelles comme les échafaudages, les nacelles...

Le recours à la thermographie pour mesurer les déperditions énergétiques d’un bâtiment ne peut se faire qu’avec une météo où l'exploitation des images est facilitée par la forte différence entre l'intérieur et l'extérieur ; l’hiver est donc la période idéale pour réaliser un bilan énergétique.


1. Archives de l’agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie

Vous souhaitez en savoir plus ?