En France, 46 millions de tonnes de déchets sont produits par le secteur du bâtiment, soit 19 % de la production de déchets du BTP . A l’échelle européenne, cela représente 2 tonnes par an et par habitant. Ces seuls chiffres justifient les mesures édictées par la Commission de Bruxelles pour ramener le BTP dans le droit chemin en passant d’une économie linéaire, dont le stade final est la décharge, à une économie circulaire, où la réutilisation des matériaux est la règle.

15.02.2022
Temps de lecture: 4 minutes

Réemploi des matériaux issus de la construction, démolition et réhabilitation de bâtiments

 

Pourquoi parle-t-on de réemploi des matériaux ?

La production initiale de matériaux et éléments de construction est une composante majeure des pollutions et activités qui génèrent le dérèglement climatique global. C’est pourquoi, la directive européenne relative aux déchets de 2008 vise le taux obligatoire de recyclage de 70 %. Or l’Agence européenne pour l’environnement note que la majeure partie des déchets sont “réutilisés“ en remblais, que le plastique n’est quasiment pas concerné, et que le recyclage qualitatif est très peu développé. Les difficultés techniques du recyclage font donc préférer aujourd’hui des solutions prises bien en amont, pour atteindre le réemploi des matériaux.

Qu’est-ce que le réemploi ?

Le réemploi consiste à « utiliser de nouveau des matériaux de construction pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus » (art. L. 541-1-1 du Code de l’environnement). C’est donc le meilleur usage possible dans la hiérarchie des traitements des déchets, préférable, dans l’ordre, au recyclage, à tout type de valorisation (même énergétique), puis à l’élimination simple. Le réemploi impose d’abord une récupération de matériaux en bon état, issus d’une “déconstruction“ soignée, alors que la démolition “destructive“ est encore la norme. Cette phase est primordiale pour que des éléments de construction ne finissent pas en déchets. C’est pourquoi le maître d’œuvre doit anticiper le démontage sélectif dès le projet architectural : - évaluer le potentiel de réemploi (diagnostic ressources et diagnostic PEMD) - étudier les méthodes de démontage, stockage et réemploi préservant les qualités constructives - établir ou recueillir les justificatifs de performance et de durabilité des matériaux.

Le réemploi de quels matériaux, et dans quelles circonstances ?

Le marché de la déconstruction constitue aujourd’hui un gisement de ressources gigantesque, pourvu que l’on apprenne à récupérer, trier, nettoyer, éventuellement réemballer et ensuite remettre dans le circuit de distribution un maximum de composants (par exemple, éléments de plomberie, équipements électriques, menuiseries, sanitaires, revêtement de sols…). La filière se structure, avec l’apparition de spécialistes, aptes à proposer au maître d’ouvrage des matériaux fiables, validés par les bureaux de contrôle, et acceptés par les assureurs.

Le succès de cette révolution passe par plusieurs enjeux majeurs

  • Expliquer le parcours d’un élément de bâtiment en déconstruction à un matériau de seconde main, prêt à être remis en œuvre (diagnostic ressources, diagnostics sanitaires, fiches techniques matériaux).
  • Identifier et résoudre les questions posées par un projet de construction avec des matériaux de réemploi (sourcing, récupération des spécificités techniques, conformité, levée des freins).
  • Proposer, développer et accompagner des stratégies spécifiques, de la conception du projet jusqu’au chantier (clauses de réemploi dans les appels d’offres, contrôle en amont, aspects juridiques).
  • Obtenir l’assurabilité des opérations.

De nouveaux textes réglementaires stimulent le réemploi des matériaux

  • Nouvelle réglementation Environnementale (RE 2020) : dès le 1er janvier 2022, les produits, équipements et matériaux réemployés ne sont pas pris en compte dans le bilan carbone de l’opération.
  • Diagnostic PEMD : le diagnostic Produits, Equipements, Matériaux et Déchets remplace le diagnostic Déchets démolition. Il s’applique aux démolitions, réhabilitations et rénovations significatives, avec un accent particulier sur l’analyse du potentiel de réemploi.

DEKRA, acteur de la transition environnementale

A ce jour, il n’existe pas encore d’obligation de mise en œuvre de matériaux issus du Réemploi, mais les appels d’offres comportent de plus en plus souvent des clauses spécifiques à cet effet. DEKRA accompagne ses clients via une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, dans l’analyse des possibilités de réemploi, dans leurs relations avec l’ensemble des interlocuteurs (assureur, entreprises, maîtrise d’œuvre…), mais aussi en réalisant des diagnostics PMED incluant le volet Réemploi.

DEKRA prépare cette transition avec :

  • un positionnement apte à rassurer toutes les parties prenantes.
  • un rôle proactif de développement de l’économie circulaire dans le secteur de la construction.
  • une expertise en immobilier durable qui en fait un partenaire de choix pour accompagner ce changement.
  • des experts qui maîtrisent les leviers efficaces et les partenariats à développer en priorité.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?