Le lundi 9 août 2021, Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié le premier chapitre de son sixième rapport. Rédigé par 234 scientifiques de 66 pays sur la base de plus de 14 000 études, il dresse un état des lieux accablant mais malheureusement réaliste des projections climatiques. Comment les organisations, en première ligne, peuvent-elles adapter leurs émissions aux perspectives d'évolution ? DEKRA vous apporte quelques outils méthodologiques simples et accompagne les entreprises pour trouver des réponses concrètes à l’urgence climatique.

13.09.2021
Temps de lecture: 4 minutes

Des conséquences « irréversibles »

Le constat est sans appel : selon les experts, la fonte des calottes glaciaires a déjà des conséquences « irréversibles » pour la planète et l’humanité.
Nul doute concernant la responsabilité humaine sur le réchauffement climatique puisque depuis 1990, soit un Laps de temps relativement court à l’échelle scientifique, la production annuelle de CO₂ a bondi de 63 %.
La température moyenne de la planète affiche également un triste record et accuse une augmentation de 1.1°C depuis le début de l’essor industriel. Un tel phénomène n’avait pas été observé depuis 2 000 ans.
Le scénario le plus optimiste, qui modélise une réduction des émissions de  CO₂ immédiate, prévoit l’atteinte du seuil de +1,5°C dès le début des années 2030, soit beaucoup plus tôt qu’escompté jusqu’ici. 

En continuant la trajectoire actuelle, les émissions émises devraient provoquer, d’ici 2100, un réchauffement de 2,8°C à 5,7°C. Une telle projection engendrerait une élévation du niveau de la mer pouvant aller jusqu’à un mètre.  Loric PRENEY, Sustainability Project / Key Account Manager pour la Direction Commerciale Grands Comptes de DEKRA Industrial, alerte sur l’ampleur de ces bouleversements et sur la nécessité d’une prise de conscience rapide : « Les solutions de lutte adéquates contre le défi climatique ne s’installeront pas avant plusieurs années . Pourtant, le risque pour les économies nationales est bien réel et nécessite des mesures immédiates et radicales de la part de nos pouvoirs publics. A titre d’exemple, les trois quarts des personnes interrogées dans le rapport de Deloitte1 comparent  l’ampleur la crise climatique à venir à celle de la pandémie de Covid-19. ».

Les entreprises en première ligne

Les changements climatiques présentent des risques avérés sur les écosystèmes environnementaux et sociaux des entreprises. L’économie française est en effet fortement dépendante des ressources naturelles, de l’agriculture, et des activités de développement, de l’énergie et de l’eau (et donc tributaire des risques sécheresse associés).
Sur le long terme, les coûts de l’inaction  s’avéreront nettement plus élevés que les coûts de la transition écologique qui généreront d’importantes opportunités pour les entreprises qui auront été les plus réactives. 
Ces préoccupations et l’affirmation des enjeux RSE bouleversent déjà nos modes de production et de consommation d’énergie mais doivent s’intensifier et se généraliser à toutes les strates de la société et devenir accessibles pour toutes les tailles d’entreprise.  Une stratégie globale que les entreprises doivent donc intégrer rapidement « Cela passe par une stratégie de décarbonation des activités, notamment avec l’aide de méthodes d’écoconception et la prise en compte d’une écologie industrielle » précise L. PRENEY.

L’empreinte carbone comme outil stratégique

La mesure de l'empreinte carbone d’une entreprise comprend l’ensemble de la chaîne de valeur de son organisation. 
Les TPE, ETI, grandes entreprises, comme les groupes doivent pouvoir déterminer des objectifs réalistes « par la mise en œuvre de méthodes adaptées ». Loric explique : « On commence par faire un état des lieux via, par exemple,  les méthodes Bilan Carbone® ou GHG Protocol. Elles permettent de comptabiliser l’empreinte carbone de son organisation. Cette base permet de définir une première vision stratégique ».

A l’initiative de l'ADEME et co-construite par l'ONG CDP (anciennement Carbon Disclosure Project) lors de la COP21, la méthode ACT fournit des outils de pilotage et de suivi aux entreprises qui s’engagent dans la transition écologique. l’initiative Assessing low Carbon Transition® (ACT) offre aux entreprises, quels que soient leur taille ou leurs marchés, des méthodologies pour accompagner les moyens mis en œuvre. Il s’agit également d’évaluer si ces actions envisagées par les entreprises permettent de respecter les objectifs d'atténuation fixés par les Accords de Paris. ACT est à ce jour l’unique initiative internationale à proposer un cadre de « redevabilité climatique pour les entreprises» pertinent et sectoriel2
 

Vous souhaitez vous engager la dans la transition écologique ?

Nos consultants DEKRA vous accompagnent dans la définition de vos objectifs et dans la réalisation de votre stratégie bas carbone. DEKRA vous propose également un ensemble de solutions pour une transition responsable (audits énergétiques, des mesures de rendement énergétiques, contrôles d'équipements etc.).  Pensez-y : certaines méthodologies sont éligibles à subventions sous certaines conditions !
« Une démarche RSE bien acceptée et intégrée peut être un formidable levier d’innovation et de création de valeur. Elle nécessite que les organisations impliquent tout leur écosystème, des salariés aux fournisseurs, en passant par les territoires et en bout de chaîne, les clients. », conclue Loric PRENEY, expert RSE chez DEKRA.

DEKRA, le partenaire global pour un monde plus sûr et durable


Deloitte, firme multinationale de cabinets d’audits, a lancé ClimatMondial, sa stratégie mondiale visant à lutter contre les changements climatiques.
2 La méthode est inscrite à l'Agenda des Solutions, porté par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?