La possibilité d’installer des douches à l’italienne sans effectuer de travaux lourds devient obligatoire dans tous les bâtiments résidentiels neufs à partir de 2021. Cette mesure soulève de nombreux défis techniques pour les professionnels de la construction. Philippe Megas et Fabien Mohr Thoraval, Responsables Techniques chez DEKRA, nous éclairent sur les nouveaux risques à considérer.

Interview

Que change l’arrêté du 11 septembre 2020 ?

Philippe Megas : L’arrêté du 11 septembre 2020 s’inscrit dans une volonté de l’Etat de rendre davantage accessible aux personnes handicapées les nouveaux logements construits en France. Auparavant, dans tous les niveaux des logements neufs réputés accessibles, c’est-à-dire en rez-de-chaussée ou accessibles avec ascenseurs, il était possible d’installer une douche avec ressaut « limité ». Aucune valeur indicative de ce ressaut n’était mentionnée dans les textes législatifs, ce qui laissait place à une certaine interprétation. Dorénavant une salle d’eau doit comporter une douche sans ressaut (douche dite « à l’italienne » ou bac « ultra plat ») à la livraison ou pouvoir en accueillir une ultérieurement sans avoir à effectuer de travaux lourds.

Cette absence totale de ressaut soulève de nouveaux défis techniques en terme de réalisation et de coût de mise en œuvre.

Les douches avec ressaut pourront toujours être installées à la livraison via les dispositions de logement évolutif ou de TMA (Travaux modificatifs acquéreur) pour les opérations de vente en état futur d’achèvement. Mais la condition de réversibilité s’applique, l’installation d’une douche sans ressaut ultérieurement doit donc être techniquement possible sans intervention lourde.

Ces dispositions seront applicables aux maisons individuelles et aux logements collectifs en rez-de-chaussée, pour les permis de construire déposés à compter du 1er janvier 2021, là où les problèmes d’étanchéité sont supposés être moindres, même si ce n’est pas toujours le cas.

Pour tous les autres logements, donc ceux desservis par ascenseur, la date d’application est au 1er juillet 2021.

Quels sont les nouveaux défis soulevés par cet arrêté ?

Philippe Megas : La douche sans ressaut n’est pas une conception courante en France. 6 principaux défis sont à considérer :

  • Les risques liés à l’étanchéité
  • La performance acoustique (risque de pont acoustique)
  • Le respect des règles de sécurité incendie
  • Le risque électrique car l’eau est dispersée plus facilement dans la salle d’eau
  • L’empreinte carbone liée à l’augmentation de l’épaisseur des chapes souvent inévitable
  • Le surcoût des solutions techniques

Fabien Mohr Thoraval: Par conception, les douches à l’italienne sont porteuses de sinistres car la création de la salle d’eau nécessite l’intervention dans une pièce exigüe, en moyenne de 6 m², de plusieurs corps d’état (maçon, carreleur, plombier, électricien). La tolérance d’exécution est de l’ordre du centimètre voire de quelques millimètres avec des contraintes fortes en termes de normes électriques, d’étanchéité des planchers, d’acoustique et de sécurité incendie.

La conception d’un sol dur (le carrelage), superposé à un système d’étanchéité et la chape, le tout reposant sur un résilient acoustique et la dalle béton est un vrai défi technique. D’autant qu’une pente douce dirigeant l’eau vers le siphon doit être réalisée.

Dans une douche à l’italienne, le siphon étant encastré dans la dalle de béton, d’éventuels problèmes d’étanchéité à ce niveau nécessitent une intervention lourde.

Une des tendances actuelles liée au bâtiment durable est la réalisation d’ouvrages en bois. Dans ce cas l’impact d’une fuite est beaucoup plus élevé avec le risque de développement de champignons lignivores qui fragiliseraient le plancher.

Comment DEKRA accompagne les professionnels de la construction à mettre en œuvre cet arrêté ?

Fabien Mohr Thoraval : En tant que leader de la prévention des risques en Europe, nos nombreuses expériences en construction résidentielle nous permettent d’avoir les compétences multidisciplinaires indispensables pour accompagner le maître d’ouvrage et ses partenaires, afin d’évaluer le niveau de risque des solutions techniques envisagées. Les dispositions de ce nouvel arrêté sont intégrées à notre plan d’intervention pour s’assurer que la conception est bien gérée avec un suivi renforcé en exécution de ces ouvrages et vérifier que ces techniques de construction soient maitrisées sur chantier. Notre accompagnement s’effectue dès la conception jusqu’à la réception des travaux, via notamment les missions suivantes :

  • Contrôle technique LP / HAND / SH / PHH
  • Vérification en Sécurité incendie
  • ATTAXES (attestation d’accessibilité)
  • Audit de patrimoine
Vous souhaitez en savoir plus ?