Les fissures d’arc en bois lamellé-collé peuvent-elles être préjudiciables à leur solidité et comment les réparer ?

05.01.2018

Révisées en février 2016, les règles professionnelles du Syndicat national du bois lamellé (SNBL) s’intéressent tout particulièrement à ce sujet dans le document intitulé « Note 1 : structures en bois lamellé – Recommandations pour la réparation de bois lamellé structural présentant des fissures ou des fentes ». Cette dernière permet d’évaluer l’importance des fissures des lamellé-collé  et indiquent les réparations pouvant être réalisées.


Le document décrit trois types de fissure :

  • Les fissures de faible importance et non dommageables ;
  • Les fissures importantes ou de faible importance mais appelées à évoluer du fait de leur localisation ou de sollicitations particulières ;
  • Les fissures plus importantes ou traversantes.

Les fissures de faible importance et non dommageables ne dépassent pas les dimensions suivantes :
 

illustration lamellé collé 1

 

Bois 1


Elles ne nécessitent pas de réparation et peuvent être simplement rebouchées par de la pâte à bois une résine de type époxy.

Les fissures importantes ou de faible importance et appelées à évoluer ne dépassent pas les dimensions suivantes, avec une ouverture inférieure à 5 mm en période sèche (9 mm en conditions extérieures humides) :
 

illustration lamellé collé 2Bois 5


Ces fissures diminuent la résistance des bois lamellé-collé et peuvent être réparées par l’injection de résine époxy, selon un cahier des charges validé par un bureau de contrôle. 

Les fissures plus importantes ou traversantes, fissures de retrait contrarié, fissures biaises se propageant sur plusieurs lamelles ainsi que les fissures situées dans les zones d’assemblage, au droit d’une entaille ou dans le prolongement d’un aboutage, nécessitent une étude particulière car elles sont souvent la conséquence d’un sous-dimensionnement initial des structures et/ou d’un défaut de qualité des bois. 
 

Bois 4

 

Bois 3


Les protocoles de réparation et de renforcement doivent faire l’objet d’un cahier des charges spécifique avec justification par calcul (règle Eurocode 5 et/ou cahier des charges validé par un bureau de contrôle) : injection de résine et/ou frettage par tiges à ancrage profond, par tiges collées ou par flasques. 

Vous souhaitez en savoir plus ?