Suite à l’effondrement du viaduc de Gênes le 14 Août 2018, la sonnette d’alarme est tirée en France sur l’obligation des collectivités à respecter les inspections des ouvrages d’art. En effet, en France selon le rapport d’audit de Nibuxs et IMDM, 7% des ponts et viaducs du réseau routier en France présentent un risque sérieux d’effondrement.

Le Pont Morandi est un viaduc à haubans long de 1 102,7 mètres mis en service en 1967. Cet ouvrage d’art est composé de deux parties : un viaduc qui traverse l’A10 ainsi qu’un échangeur qui permet de relier Gênes à Milan. Le matin du 14 Août 2018, deux travées du viaduc s’effondrent avec le pylône qui les soutenait provoquant la mort de 43 personnes dont 4 français et blessant 16 autres. Suite à ce désastre, au moins 600 habitants vivant aux alentours du viaduc ont dû être évacués et relogés.

 

Depuis cette catastrophe, toute l’attention est portée sur l’état des ouvrages d’arts partout en Europe. Effectivement, la majorité les ponts en Europe ont été construits après la guerre dans les années 50 et n’étaient pas prévu pour supporter le trafic routier d’aujourd’hui. Cela montre une nécessité pour tous les pays d’Europe de l’importance des inspections et de la maintenance des ponts.

chute investissement

 

Comme nous pouvons le voir depuis 2007, les investissements d’infrastructure sont en baisse pour beaucoup de pays en Europe qui préfèrent investir sur d’autres secteurs. Cela explique notamment pourquoi tant d’ouvrages d’arts nécessitent des réparations. Par exemple, en Allemagne, des rapports montrent que sur l’ensemble des ponts du pays, 12,4% seraient en mauvais état (Bundesanstalt für Straßenwesen, 2017). 

Il en va de même pour le réseau routier non concédé en France, c’est-à-dire qui est détenu par l’état. Dans ce réseau se trouve plus de 12 000 ponts dont environ un tiers nécessite des réparations et « dans 7 % des cas, les dommages sont plus sérieux, présentant à terme un risque d’effondrement » (Rapport d’audit Nibuxs et IMDM, 2018).

Cependant, suite à cet événement, la ministre des Transport Elisabeth Borne a préparé un projet de loi de programmation des infrastructures. La ministre a notamment dévoilé en mai dernier la nécessité de lancer un « plan de sauvegarde des routes nationales ». 

Le but à terme de ce plan est de débloquer 1 milliard d’euros chaque année pour l’entretien des routes nationales en France ainsi que leur modernisation. 

Pont ayant besoin de travaux

 

La maintenance et l’inspection des ponts sont primordiales pour la sécurité de tous les usagers. C’est dans cette optique de sécurité et de prévention des risques pour tous que DEKRA Industrial s’engage et propose des solutions de contrôles et d’inspections.

Le 18 octobre 2017, plusieurs collaborateurs DEKRA ont été formés par le laboratoire d’inspection pour les ouvrages d’arts Ponts Formation Conseil à l’École des Ponts ParisTech. DEKRA travaille déjà sur des ouvrages d’arts avec EDF pour assurer les inspections de plusieurs ponts. Parmi ces inspections, plusieurs d’entre elles ont été effectuées par drone, une innovation DEKRA qui permet de gagner du temps précieux sur les interventions.

DEKRA propose notamment des missions de contrôle de maintenance des ouvrages d'arts et des contrôles non destructifs. Selon la législation française, une visite annuelle ainsi qu’une visite plus détaillée tous les 3 ans sont obligatoires sur chaque ouvrage d’art. Ces inspections sont indispensables car elles permettent d’analyser l’évolution de l’ouvrage et de donner un point de référence sur lequel l’exploitant peut s’appuyer pour définir les réparations futures. 

Source :

Vous souhaitez en savoir plus ?