Dans un contexte de réchauffement climatique établi, les faibles précipitations globales du premier semestre 2022 annoncent de possibles restrictions d’eau. Quelles sont les pistes pour réduire la consommation, éviter le gaspillage ? Qu’en est-il des utilisations professionnelles par l’agriculture et l’industrie ? DEKRA fait le point sur les pratiques à adopter pour économiser l’eau préventivement, et s’adapter aux éventuelles mesures préfectorales de limitation.

17.06.2022
Temps de lecture: 4 minutes

Comment faire face aux "arrêtés sécheresse" et mieux gérer vos usages de l'eau ?

Consultez directement nos solutions
sur la gestion de l'eau !   

 

Une sécheresse “en préparation“ depuis plusieurs années

En France, on considère qu’il y a sécheresse absolue lorsque la pluie n’est pas tombée pendant 15 jours consécutifs (soit moins de 0,2 mm/jour). Si la métropole a connu des sécheresses ponctuelles, celle qui se déclare aujourd’hui n’est pas une surprise pour les hydrologues. Elle résulte de la conjonction de plusieurs phénomènes :

  • Des précipitations insuffisantes pour reconstituer les réserves d’eau,
  • Une recharge des nappes phréatiques qui baisse d’année en année,
  • Une sécheresse hivernale accentuée par des températures élevées à l’arrivée de l’été,
  • Des prélèvements d'eau en augmentation pour satisfaire les principaux usages (eau potable, irrigation, processus industriels...),
  • Une déperdition de l’eau prélevée qui n’est pas restituée aux milieux aquatiques…

Les impacts d'une restriction d'eau pour les activités professionnelles

L’eau est évidemment une ressource primordiale pour quantité d’entreprises, qu’elles soient industrielles, agricoles ou tertiaires (loisirs, collectivités locales, nettoyage, etc.). Mais une grave pénurie d’eau toucherait également d’autres secteurs par ses conséquences sur la production d’énergie (barrages moins productifs, réacteurs nucléaires mis à l’arrêt faute d’un refroidissement suffisant). Une baisse de la production d'électricité ou l’enchérissement de cette autre ressource essentielle frapperait alors l’ensemble de l’activité.

Les actions mises en œuvre par l’État pour gérer les sécheresses répétées

Au niveau national, le décret du 23 juin 2021 encadre la gestion de la sécheresse en France, en permettant d’anticiper et d’harmoniser les mesures de restriction des usages de l’eau. Le guide national sur la sécheresse fixe un socle commun de mesures de restriction sur tout le territoire, en fonction du niveau de gravité (vigilance, alerte, alerte renforcée, crise déclarée) et de l’usage considéré (alimentation en eau potable, irrigation, refroidissement des CNPE, industries, particuliers).

Pour appliquer ce nouveau cadre dans les territoires, les préfets ont reçu une directive leur donnant les outils pour optimiser la gestion de la crise et les pénuries d’eau. Par principe, c’est l’autorité départementale qui déclenche les mesures, en fonction de la situation locale, par le biais de l’arrêté préfectoral. Celui-ci détaille le niveau des alertes et des restrictions, les conditions d’application et les sanctions éventuelles qui y sont attachées.

Il appartient ensuite à chaque responsable de prendre connaissance et respecter l’arrêté préfectoral en vigueur dans son département.

Le recours à la réutilisation des eaux usées traitées malgré la complexité

Pour diminuer les prélèvements dans les cours d’eau ou nappes phréatiques, de nombreuses initiatives et expérimentations de réutilisation des eaux usées traitées (REUT) ont émergé en France. Par ailleurs, le décret n°2022-336 du 10 mars 2022 vient d'élargir les usages, même si le champ d’application et les modalités restent difficiles à articuler avec d’autres obligations légales. 

Si des collectivités et entreprises se lancent, malgré les contraintes, dans la réutilisation des eaux usées traitées (Reut), c’est que les retombées positives sont aussi nombreuses :  

  • Les eaux usées représentent une ressource stable et d’une qualité constante, 
  • Leurs apports nutritifs sont de bien meilleure qualité pour l’agriculture que ceux de l’eau potable, 
  • Les coûts d’exploitation sont moindres, surtout s’il est possible de faire l’économie de barrages ou retenues d’eau, 
  • Les eaux peuvent être réutilisées en circuit court (ex. arrosage municipal) ou long (stockage en réservoirs ou recharge de milieux naturels).

DEKRA vous accompagne dans votre gestion durable de l’eau

Partenaire depuis 2011 de l’AREA*, DEKRA vous assiste dans votre stratégie de gestion de l'eau et la constitution de vos dossiers destinés aux administrations et agences compétentes (DDPP, DREAL, Agences de l’Eau, collectivités…). Les études technico-économiques de nos experts font émerger des solutions immédiates ou de long terme pour :

  • Maîtriser votre impact sur le cycle de l’eau,
  • Anticiper les sécheresses qui nuiraient à votre activité,
  • Analyser vos modalités d’alimentation, vos usages et besoins en eau,
  • Réaliser un rapport complet des actions de réduction à mettre en œuvre (échéancier des mesures temporaires, actions graduées à déclencher selon les niveaux de crise, actions pérennes),
  • Constituer des dossiers règlementaires ICPE ou Loi sur l’eau,
  • Vous assister lors de la réalisation des travaux (AMO),
  • Assurer formation et conseils permanents…
*Association Régionale des Entreprises Alimentaires

Vos obligations pour maintenir l’activité dans un cadre réglementaire évolutif : 

 

  • Connaître vos prélèvements et les réduire en cas de restriction d'eau (arrêté sécheresse).
  • Réduire à la source les consommations d’eau et émissions de polluants.
  • Mettre en œuvre les "meilleures techniques disponibles" (MTD).
  • Traiter les effluents afin de les rendre compatibles avec la sensibilité du milieu récepteur.
  • Suivre la qualité des rejets et leur impact sur le milieu.
Vous souhaitez en savoir plus ?