enjeux

L’explosion sur le site industriel AZF en 2001 à Toulouse, reste l’un des accidents technologiques majeurs ayant le plus marqué les esprits. L’explosion du stock de nitrate d’ammonium destiné à la production d’engrais, avait provoqué la mort de 30 personnes et fait plus de 2000 blessés.

Même si de tels accidents restent encore aujourd’hui rares, la mise en place d’un dispositif de prévention complet permet d’identifier les risques mais surtout d’organiser les moyens de secours et les actions immédiates à mener dans le cas où l’impensable surviendrait.

De là sont nées des lois qui ont renforcé le droit à l’information du public avec la mise en place du document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM) et l’obligation pour les communes soumises à un risque de mettre en place une organisation particulière en cas de crise qu’on appelle plan communal de sauvegarde (PCS).

obligations

Le DICRIM et le PCS sont aujourd’hui imposés sans dérogation. Le DICRIM doit nécessairement faire l’objet d’une diffusion, d’un affichage et d’une mise à disposition libre auprès des populations.

 A noter que le PCS comprend nécessairement le document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM).

Installations concernées

Le plan communal de sauvegarde (PCS) concerne les communes soumises à un plan de prévention des risques approuvé (risque naturel) ou comprises dans le champ d’application d’un plan particulier d’intervention (risque technologique lié à un site SEVESO).

Les communes concernées par le DICRIM sont spécifiées à l’article R125-10 du Code de l’environnement au regard de risques identifiés tels que par exemple le risque de sismicité, d’éruption volcanique, d’incendies de forêt ou tout simplement définies par arrêté préfectoral.

D’après le Ministère en charge de l’environnement, environ 15 000 communes sur les 36 000 communes françaises seraient concernées par la mise en place d’un DICRIM.

offre DEKRA

Les ingénieurs environnementaux de DEKRA assistent les communes dans l’établissement et la mise à jour du document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM) et du plan communal de sauvegarde (PCS).

Ce sont ces mêmes compétences qui sont aujourd’hui mises au service des industriels dans l’élaboration de leurs études de danger ou leurs POI (plan d’organisation interne).

 

Vous souhaitez en savoir plus ?