Les risques électriques sont l’une des principales causes de sinistre. Le contrôle thermographique tel que le Q19 permet de déceler les échauffements anormaux des installations électriques et d’intervenir avant que votre patrimoine ne parte en fumée.

Le 2 septembre 1998, le vol SR 111 Swissair, qui devait relier New York à Genève, heurte l’eau au large de Peggy’s Cove, en Nouvelle Ecosse (Canada). Bilan : deux cent vingt-neuf morts, dont six fonctionnaires des Nations unies. Aucun survivant. Seuls deux kilos de diamants, cinquante billets de banque et vingt centimètres carrés du tableau "Le Peintre" de Pablo Picasso sont retrouvés. Selon le rapport du Bureau canadien de la sécurité des transports (BST) publié en 2003, un court-circuit aurait provoqué une chaleur intense, qui aurait mis le feu aux matériaux d’isolation. L’incendie se serait déclaré près de la paroi arrière, mais il était déjà trop tard pour maîtriser le feu quand les pilotes s’en sont aperçus. Les instruments de vol ont arrêté de fonctionner et les pilotes ont perdu le contrôle de l’appareil. Suite à cet accident, la présence de détecteurs d’incendie a été rendue obligatoire dans les plafonds et de nouvelles procédures de certification des matériaux ont été élaborées.

Déceler les échauffements anormaux via la thermographie infrarouge

Cette catastrophe date d’il y a près de vingt ans. Mais, aujourd’hui encore, les risques électriques sont l’une des principales causes de sinistres : un incendie sur trois a pour origine une installation électrique. Or, si les conséquences d’un incendie sont dramatiques sur le plan humain, elles sont généralement très graves également sur le plan économique : « 70% des entreprises victimes d’un sinistre majeur disparaissent dans les mois qui suivent » selon l’INRS. Heureusement, de tels dommages peuvent être évités grâce à un contrôle thermographique, qui consiste en une observation des températures de surface de l’ensemble des installations électriques grâce à une caméra infrarouge, sans arrêt de production. Il est ainsi possible de détecter et de quantifier des échauffements anormaux pouvant avoir diverses origines : mauvaises connexions, surcharge, déséquilibre de phases, contacts défaillants… Suite à l’analyse de l’image, un rapport synthétise l’ensemble des anomalies éventuellement constatées, avec des photos descriptives (thermogrammes), le niveau de dangerosité et des préconisations d’actions.

Le compte-rendu Q19

Un contrôle des installations électriques par thermographie infrarouge entraîne la délivrance du compte-rendu Q19, si celui-ci est effectué selon le cahier des spécifications techniques du document APSAD D19. Ce document permet d’assurer une traçabilité des actions en prévention incendie auprès de l’assureur.

DEKRA Industrial

Certifiés par le Centre national de prévention et de protection (CNPP), les spécialistes de DEKRA Industrial en thermographie infrarouge peuvent effectuer les missions suivantes, que ce soit en France ou à l’international (Chine, Corée du Sud, Australie, Japon, Liban, Etats-Unis, Amérique Centrale…) :

  • Compte-rendu Q19
  • Contrôle par thermographie infrarouge d’installations électriques
  • Contrôle par thermographie infrarouge d’équipements thermiques calorifugés
  • Contrôle par thermographie infrarouge d’un équipement mécanique (comportant par exemple des pièces en mouvement comme un palier)

Organisme de formation reconnu, DEKRA propose également des formations en thermographie infrarouge appliquées à la maintenance conditionnelle.

Vous souhaitez en savoir plus ?